La basilique
 
Dessin Aquarellé par Th. Vacquer, BHVP.
Fragment de la stèle funéraire
inscrite du légionnaire Cornélius
Crispus. Fondations de la basilique
du Marché aux Fleurs, 1844.
Dessin Aquarellé par Th. Vacquer, BHVP.

La basilique du Marché aux Fleurs.
Plan D. Busson, V. Charlanne.
  Située à l’emplacement de l’actuel Marché aux Fleurs, entre la rue de la Cité et le tribunal de commerce, elle fut découverte à l’occasion des travaux de percement du métro en 1906. Comme le « Palais », elle était bâtie en blocs de remploi comportant beaucoup de fragments d’origine funéraire, parmi les plus beaux découverts à Paris. De forme rectangulaire, elle était longue de 70 mètres pour une largeur de 35 mètres et était composée d’une nef bordée de part et d’autre par un bas-côté. Il est très probable que son entrée était située à l’est et donnait sur le cardo maximus.
Dans la mesure où nous ne savons rien de son architecture interne et de son éventuelle décoration, il est difficile de se prononcer sur sa destination originelle. L’hypothèse religieuse ne paraît pas devoir être retenue,
  à moins d’accepter l’idée que cette église, construite après la Paix de l’Église, aurait par la suite complètement disparu de la topographie et de la mémoire des hommes, ce qui paraît peu probable. On peut y voir simplement un bâtiment à caractère civil. Sa taille relativement exceptionnelle s’expliquerait alors par le rôle important que pourrait avoir joué Lutèce au IVe siècle, comme en témoigne la présence impériale.