Le théâtre
Contexte topographique et dimensionsDatation

Les galeries

 


Plan D. Busson et V. Charlanne.
La galerie périphérique

La galerie périphérique du théâtre donnait sur la voirie antique. Conservée en élévation sur une bonne hauteur, elle a été observée dans les cuisines du lycée Saint-Louis. Elle était composée d’un mur de façade en petit appareil ouvrant sur l’extérieur avec une succession de 31 baies en arcade, encadrées par 32 piles de même largeur, ce qui lui conférait une alternance harmonieuse de pleins et de vides. Un pilastre était engagé sur chaque pile. Cet ensemble reposait sur une base de béton large de 6 pieds où ont pu être repérées les traces de demi-cercles rouges qui avaient servi à mettre en place cette ordonnance architecturale.

  Un portique supérieur ?

L’existence, au-dessus de la galerie à arcades donnant sur la rue, d’une galerie supérieure à colonnes ouverte sur la cavea pour servir de refuge en cas de pluie, comme il en existe dans d’autres théâtres, est conjecturale. Une base de colonne attique, découverte sur le site, pourrait peut-être en provenir. La présence d’un velum, bien que fort probable, est cependant tout aussi hypothétique car aucun corbeau de mât n’a été retrouvé.