retour

Un auxiliaire gaulois de l’armée romaine
 
Restitution par M. Poux et V. Cheval.
Reconstitution de l’« homme du Sénat » découvert au fond d’un
puits dans une annexe du Sénat.
Il s’agit peut-être d’un cavalier
auxiliaire gaulois au service
de Rome.
Restitution par M. Poux et
V. Cheval.

Boucle de ceinturon de l’« homme du Sénat ».
Palais du Luxembourg.


M. Paturange / CVP.
Vue générale du mobilier et d’une partie des amphores. M. Paturange / CVP.
  La découverte, en 1974, dans une annexe du Sénat, d’un squelette humain enfoui dans un puits et accompagné d’un abondant mobilier constitue le plus important témoignage d’une présence humaine entre la fin de l’Indépendance et la fondation de la ville romaine. Mis au jour à l’emplacement d’un quartier périphérique de la ville antique, ce puits a été creusé et comblé avant l’urbanisation romaine.

Un mobilier hétéroclite
Le mobilier accompagnant le squelette d’un homme de 35 ans permet de dater et d’identifier assez précisément ce personnage. Il était habillé d’un vêtement maintenu par deux fibules gauloises en fer, portait une ceinture dont la boucle, d’origine romaine, a été retrouvée ; il était équipé d’un fourreau d’épée gaulois et d’une pierre à aiguiser, et un clou, découvert à proximité, pourrait être celui d’une sandale militaire romaine. Le reste du dépôt comporte de nombreux fragments d’amphores à vin italiques, quelques tessons de céramique indigène, une monnaie gauloise avec l’inscription VENEXTOS et de nombreux ossements d’animaux.
Cette sépulture datée entre 60 et 30 av. J.-C. pourrait être celle d’un cavalier auxiliaire issu de l’aristocratie gauloise au service de l’armée de la fin de la République, ce qui explique la conjugaison des éléments provenant des panoplies militaires gauloise et romaine. La forme de cette tombe – un puits dans lequel on a déposé ou précipité un corps avec armes et vêtements - surprend, et on ne peut pas complètement écarter l’hypothèse d’un sacrifice humain ou d’une exécution.