Les villages de Bercy
 
Evocation du village de
Bercy au Néolithique Moyen.
Vue vers le sud.
Dessin G. Tosello.
Musée Carnavalet, Paris.

 


Moulage d’un arc d’après un original en if
découvert sous les entrepôts de Bercy en 1991 et
sa reconstitution par Blaise Fontannaz.
Il s’agit du plus ancien arc découvert en Europe.
CVP / Christian Rapa.
  A partir de 1990, les travaux d’aménagement entrepris à Bercy ont permis d’étudier avec précision les occupations anciennes de cette zone de la capitale. Les niveaux préhistoriques mis en évidence montrent ainsi la permanence, sur une très longue durée, de la présence humaine sur la berge d’un ancien bras de la Seine.

Le Néolithique
De 4250 à 2500 av. J.-C., le site fait l’objet d’occupations régulières, sans que l’on puisse préciser davantage leur durée et leur périodicité. Il paraît vraisemblable que les inondations ont régulièrement submergé et détruit les habitations qui s’y trouvaient, obligeant ainsi les communautés humaines à déplacer et à reconstruire un peu plus loin leur village. Agriculteurs et éleveurs, ces premiers habitants de Bercy étaient également des chasseurs, des pêcheurs et des cueilleurs tirant parti des ressources que leur offrait leur environnement. En particulier, le fleuve permettait, de façon évidente, une circulation aisée dans le terroir parisien et favorisait l’établissement de contacts et d’échanges avec les autres communautés établies sur ses berges.

Les Âges des Métaux
De 1200 jusqu’au IVe s. av. J.-C., les occupations humaines semblent tout aussi denses qu’auparavant, bien que les conditions de constitution des dépôts archéologiques rendent notre documentation plus fragmentaire et difficilement interprétable. Aux activités déjà attestées au Néolithique, on peut adjoindre au moins la métallurgie du bronze. En outre, la découverte d’une barre d’étain ainsi que d’une fibule semblable à celles produites dans le Nord de l’Italie au VIIe s. av. J.-C. montre que les échanges ont pris une nouvelle importance et une nouvelle dimension.